la Méthode Montessori

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le guide des parents vers l'École Montessori

 

Maria Montessori (1870-1952), le médecin italien qui créa cette méthode, a eu un génie particulier pour observer les enfants tels qu' ils sont réellement plutôt que de les voir comme les adultes souhaiteraient qu'ils soient.

Les écrits du Dr. Montessori suggèrent aux parents et aux enseignants de nombreuses conditions avantageuses pour le développement naturel de l'enfant, de sa naissance jusqu'à sa maturité. Le matériel de classe est simplement une réalisation d'un aspect de sa philosophie globale.

 

 Les objectifs de l'éducation Montessori

Le Dr. Maria Montessori pensait qu'aucun être humain ne pouvait être éduqué par une autre personne. L'individu doit agir lui-même ou il ne le fera jamais. Un individu vraiment éduqué continue à apprendre longtemps après les heures et les années qu'il a passées dans une classe parce qu'il est motivé par une curiosité naturelle et l'amour de la connaissance. C'est ainsi que le Dr. Montessori sentit, que le but d'une éducation de la prime enfance n'était pas d'emplir l'enfant de faits tirés d'études préétablies mais plutôt de cultiver son propre désir d'apprendre.

Dans une classe Montessori on approche cet objectif de deux façons :

Premièrement, en laissant chaque enfant expérimenter l'enthousiasme d'apprendre selon son propre choix plutôt que par obligation, deuxièmement, en l'aidant à perfectionner ses outils d'apprentissage naturels, sa capacité sera ainsi maximale durant les situations d'apprentissage futures.

Le matériel Montessori a ce double objectif à long terme en plus du but immédiat de donner des informations spécifiques à l'enfant.

Voici comment l'enfant apprend.

L'utilisation du matériel est basé sur l'aptitude unique du jeune enfant à apprendre.lLe Dr. Montessori identifie l'enfant comme "l'esprit absorbant". Dans ses livres elle compare fréquemment le jeune esprit à une éponge. Il absorbe complètement l'information de l'environnement. Le procédé est particulièrement évident dans la façon dont un jeune enfant de deux ans apprend sa langue maternelle, sans instruction formelle et sans l'effort conscient et fastidieux dont fait preuve un adulte pour maîtriser une langue étrangère. Acquérir l'information de cette façon est une activité naturelle et délicieuse pour le jeune enfant qui utilise tous ses sens pour étudier son environnement intéressant.

Puisque l'enfant détient cette capacité à apprendre en absorbant jusqu'à ce qu'il ait presque sept ans, le Dr. Montessori pensa que l'expérience de l'enfant pouvait être enrichie au sein d' une classe où il pourrait manipuler le matériel qui lui montrerait des informations éducatives de base. Plus de soixante années d'expérience ont consolidé la théorie selon laquelle un jeune enfant peut apprendre à lire, écrire et calculer de la même façon naturelle qu'il apprend à marcher et parler. Dans une classe Montessori, le matériel l'invite à faire cela durant ses propres périodes d'intérêt et d'empressement.

Le Dr. Montessori a toujours souligné que la main était le professeur principal de l'enfant. Pour apprendre il faut de la concentration, et la meilleure façon pour un enfant de se concentrer et de fixer son attention sur quelques tâches est de l'accomplir avec ses mains (chez l'adulte, l'habitude de griffonner est un vestige de cette pratique). Tout le matériel d' une classe Montessori permet à l'enfant de renforcer ses impressions insouciantes en l'invitant à utiliser ses mains pour apprendre.

L'importance des premières années

Dans son livre "l'esprit absorbant" le Dr. Montessori écrit, "La période la plus importante de la vie se situe entre la naissance et six ans et non pas durant les études universitaires. Ainsi, c'est le moment où le plus grand instrument de l'homme, l'intelligence, se forme. Non seulement son intelligence; mais toutes ses capacités psychiques... A aucun autre âge, l'enfant n'a de plus grand besoin d'une aide intelligente, et n'importe quel obstacle qui empêche son travail créatif diminuera la chance qu'il a d'atteindre la perfection".

Des études récentes en psychologie basées sur une recherche contrôlée ont confirmé les théories du Dr. Montessori. Après avoir analysé des milliers d'études comme celle-ci, le Dr. Benjamin S. Bloom de l'Université de Chicago, a écrit dans "Stability and Change in Human Characteristics" : "De la conception jusqu'à l'âge de 4 ans, l'individu développe 50% de son intelligence mature, de l'âge de 4 ans jusqu'à 8 ans il en développe encore 30%...Ceci devrait suggérer la très rapide croissance de l'intelligence durant les premières années et la grande influence possible de l'environnement sur le développement."

Comme le Dr. Montessori, le Dr. Bloom pense que "l'environnement aura un impact maximum sur un trait spécifique durant la période de très rapide croissance de ce trait."

Prenons un exemple extrême, un régime strict n'affectera pas la taille d'un enfant âgé de 18 ans, mais peut sérieusement retarder la croissance d'un enfant d'un an. Puisque 80% du développement mental de l'enfant a lieu avant sa huitième année, on ne peut trop insister sur l'importance des conditions favorables durant ces années.

Périodes sensibles

Une autre observation du Dr. Montessori, qui a été renforcée par des recherches actuelles, est l'importance des périodes sensibles pour les premiers apprentissages. Ce sont des périodes de fascination intense pour apprendre un caractère ou un savoir-faire particulier, tel que monter et descendre les marches, mettre des choses en ordre, compter et lire. C'est plus facile pour un enfant d'apprendre une chose particulière pendant la période sensible correspondante plutôt qu'à n'importe quel autre moment de sa vie. La classe Montessori profite de ce fait en laissant l'enfant libre de choisir ses propres activités qui correspondent à ses périodes personnelles d'intérêt.

A quel âge

Bien que l'âge d'admission varie selon les écoles, un enfant peut habituellement entrer à l'école Montessori entre 2 et demi et 4 ans, tout dépend de l'âge auquel il peut être heureux et bien dans une ambiance de classe. Il commencera par les exercices les plus simples basés sur les activités que tous les enfants aiment. Le matériel qu'il utilisera à 3 et 4 ans l'aidera à développer sa concentration, sa coordination et les habitudes de travail nécessaires pour des exercices complexes qu'il accomplira à 5 et 6 ans. Le programme d'enseignement complet est résolument structuré. Par conséquent on ne peut obtenir des résultats optima si un enfant manque les premières années du cycle ou si un enfant de l'école Montessori n'a pas terminé d'expérimenter le matériel de base défini ici.

Les parents devraient comprendre qu'une école Montessori n'est ni une garderie ni une école de jeux qui prépare un enfant à un jardin d'enfant traditionnel. C'est au contraire un cycle d'apprentissage unique conçu pour tirer parti des années sensibles de l'enfant entre 3 et 6 ans, lorsqu'il peut absorber des informations d'un environnement enrichi.

Un enfant qui acquiert les capacités de lecture et d'arithmétique de base de cette façon naturelle possède l'avantage de commencer son éducation sans corvée, ennui ni découragement. Grâce à la poursuite de ses intérêts individuels dans une classe Montessori, l'enfant gagne très tôt un enthousiasme à apprendre, ce qui est la clé pour devenir une personne vraiment éduquée.

 

Vue d'une classe

L'enfant au travail

La classe Montessori est en effet le monde de l'enfant, équipée pour la taille, le rythme et les intérêts de garçons et filles âgés de 3 à 6 ans. Elle est conçue pour mettre à l'aise l'enfant en lui accordant la liberté dans un environnement organisé avec des matériels attractifs.

Ce matériel est rangé sur des étagères basses à portée même des plus petits.

On peut bouger les tables et les chaises, ce qui permet un arrangement flexible pour de nombreuses activités.

hexagon_table

 Les enfants travaillent également sur des petits tapis posés par terre où ils sont naturellement à l'aise.

 

Le matériel Montessori de la classe peut être divisé en cinq groupes principaux :

Le rôle de l'enseignant

Dans une classe Montessori il n'y a pas de bureau pour l'enseignant comme point focalisant l'attention parce que la stimulation pour apprendre vient de l'environnement global. Le Dr. Montessori parle toujours de l'enseignant comme d'un dirigeant, et son rôle est considérablement différent de celui d'un enseignant traditionnel. Il est, avant tout, un observateur très attentif des besoins et intérêts individuels de chaque enfant, et son travail quotidien est le fruit de ses observations plutôt que celui d'un programme préparé. Il montre l'utilisation correcte du matériel tel qu'il a été choisi par chacun des enfants.

Anne France au milieu de ses

 

 Il observe avec soin le progrès de chaque enfant et note son travail avec le matériel. Il est entraîné à reconnaître les périodes d'empressement. Quelquefois il doit détourner un enfant qui choisit le matériel qui dépasse ses capacités; d'autres fois il doit encourager un enfant hésitant. A chaque fois qu'un enfant commet une erreur, il se retient si possible d'intervenir et lui permet de découvrir sa propre erreur à travers des manipulations plus poussées du matériel autocorrectif. Ce processus suit le principe du Dr. Montessori selon lequel l'enfant acquiert par expérience.

Le comportement des enfants

Il y a toujours un bourdonnement d'activités dans une classe Montessori parce que l'utilisation du matériel implique de nombreux mouvements - marcher, porter, verser, parler et plus précisément utiliser constamment ses mains. Toutes les activités, cependant, sont guidées par le respect de l'enseignant, le respect du travail des autres, et le respect du matériel lui-même. Le Dr. Montessori n'a jamais assimilé "la bonté" dans le silence et l'immobilité. "L'autodiscipline, pensait-elle, devrait être acquise graduellement à travers l'absorption d'un travail significatif". Lorsqu'un enfant commence à être vivement intéressé par une activité particulière de la classe, son comportement mûrit presque toujours. Si un enfant se tient mal dans une classe Montessori, l'enseignant l'aide en général à choisir un travail qui absorbera beaucoup plus son attention.

edu2

Pourquoi des groupes d'âges mélangés ?

Si l'équipement de la classe doit être un défi suffisant pour provoquer une réponse d'apprentissage, il doit être convenablement assorti aux connaissances qu'un enfant isolé a déjà acquis lors d'une expérience antérieure. Cette expérience est si variée que le choix le plus satisfaisant ne peut pas être en général fait par l'enfant lui-même. La classe Montessori lui offre l'opportunité de choisir parmi une large variété de matériels gradués. L'enfant peut grandir pendant que ses intérêts le font progresser d'un niveau de complexité à un autre. Avoir des enfants âgés de 3 à 6 ans ensemble, fournit aux enfant plus jeunes une série graduée de modèles d'imitation, et aux plus vieux une opportunité de renforcer leurs propres connaissances en aidant les plus jeunes
.

Une atmosphère non compétitive

C'est parce que l'enfant travaille individuellement avec le matériel qu'il n'y a pas de compétition dans une classe Montessori. Chaque enfant se réfère uniquement à son propre travail précédent et ses progrès ne sont pas comparés aux réussites des autres.

Le coin lecture !

Le Dr Montessori pense que la compétition en éducation ne devrait être introduite qu'après que l'enfant ait pris confiance dans l'utilisation des savoir faire élémentaires. "Ne jamais laisser un enfant expérimenter une situation d'échec jusqu'à ce qu'il ait une chance raisonnable de succès" écrit-elle.

Accommodement à différentes aptitudes

L'utilisation du matériel individuel permet un rythme varié qui s'adapte aux nombreux niveaux d'aptitudes dans la classe. Un enfant plus jeune ou plus lent peut travailler pendant des semaines avec le même outil sans retarder les autres enfants de la classe. Les enfants plus âgés d'une même classe peuvent aller d'un outil à l'autre très rapidement, en évitant ainsi l'ennui d'avoir à attendre que les autres enfants de la classe les rattrapent. Les enfants sont constamment stimulés par le vaste choix de matériels et leurs nombreuses utilisations. C'est un fait établi que des enfants de maternelle mûrissent à des vitesses très différentes et leurs périodes d'empressement pour des sujets académiques varient beaucoup. Parce que l'intérêt est stimulé et qu'un matériel est manipulé chaque fois qu'un enfant est prêt, quelques enfants d'une classe Montessori commencent à lire et calculer à un âge très précoce. Cependant, lire tôt n'est pas dans la norme, et cela n'a jamais été l'objectif du Dr. Montessori. Son idéal était que l'expérience d'apprentissage arrive naturellement et gaiement au bon moment pour chaque enfant.

"En vérité, nous ne pouvons fabriquer des génies, nous pouvons seulement donner à chaque individu la chance d'utiliser pleinement ses capacités potentielles afin de devenir un être humain indépendant, tranquille et équilibré" écrivait le Dr. Montessori.

 

Les exercices de la vie pratique

"Le travail de l'enfant est de créer l'homme qu'il sera" écrivait le Dr. Montessori. Un adulte travaille à perfectionner l'environnement mais un enfant travaille à se perfectionner lui-même.

Damien s'apprête à verser le riz !

Cette distinction peut être illustrée en observant deux personnes qui creusent du sable avec des pelles sur une plage par une chaude journée. L'un d'eux est un homme qui essaye de remplir un large tonneau de sable; l'autre, un jeune garçon, qui remplit un seau de sable, le vide, et le remplit de nouveau. Si quelqu'un offrait son aide à l'homme il lui donnerait volontiers sa pelle; mais toute aide proposée à l'enfant serait refusée. Ce dernier s'accroche à sa pelle parce que le travail qu'il accomplit ne peut l'être que par lui-même. Par une répétition constante de mouvements, il renforce ses muscles, en perfectionnant sa coordination et en gagnant confiance dans un savoir faire spécifique. Personne ne lui dit qu'il doit creuser le sable; il est guidé par sa nature profonde et intérieure.

En utilisant l'inclination naturelle de l'enfant comme point de départ, le Dr. Montessori a structuré plusieurs exercices pour la classe afin d'aider l'enfant à satisfaire son besoin d'activités significatives. Pour ces exercices elle utilise des objets familiers - boutons, brosses, vaisselle, brocs, eau et beaucoup d'autres objets que l'enfant connaît de son expérience à la maison.

Pour un jeune enfant les tâches qu'un adulte considère comme étant ordinaires - laver la vaisselle, éplucher les légumes et cirer les chaussures - possèdent quelque chose de spécial. C'est excitant pour l'enfant car cela lui permet d'imiter les adultes. L'imitation est l'un des plus forts besoins de l'enfant durant ses premières années.

Plusieurs exercices de vie pratique impliquent l'utilisation de l'eau avec laquelle la plupart des enfants aiment naturellement jouer. Transporter de l'eau dans un broc et la verser dans une bassine aide l'enfant à perfectionner sa coordination. Lorsqu'il commence à être absorbé par une activité telle que nettoyer une table, il allonge graduellement sa durée de concentration. Il apprend également à être attentif lorsqu'il suit une séquence d'actions répétées. Enfin, il apprend de bonnes habitudes de travail en finissant chaque tâche et en rangeant tout son matériel avant de commencer une autre activité.

Bien que les activités de vie pratique peuvent sembler simples et banales, elles sont en réalité une partie très importante du programme Montessori. Chacune des tâches aide l'enfant à perfectionner sa coordination afin qu'il puisse travailler ultérieurement avec le matériel académique plus compliqué. Aucun apprentissage ne se fait sans concentration ni attention. L'enfant prépare l'apprentissage en perfectionnant des exercices qui l'aident progressivement à allonger la durée pendant laquelle il peut focaliser son attention durant une activité spécifique.

Les cadres

Les cadres sont une partie importante des exercices de vie pratique. Chaque cadre isole une technique d'habillement et offre à l'enfant l'opportunité de perfectionner cette technique en répétant le mouvement encore et encore, l'aidant ainsi à devenir autonome pour s'habiller.

Il existe un cadre pour chacun des éléments suivants : boutons, boutons-pression, fermetures à glissières, épingles, boucles, lacets, agrafes et oeillets et noeuds à attacher. Dans le cadre des noeuds, le Dr. Montessori sentait qu'il était significatif d'avoir deux rubans de couleurs différentes afin que lorsque l'enseignant aide l'enfant il puisse dire, "mettez le noir autour du blanc", plutôt que " mettez celui-ci autour de celui-là"
.

Quel plaisir de passer l'aspirateur !

Puisqu'il y a de nombreuses opportunités d'exercices de vie pratique à la maison, les parents peuvent encourager l'enfant à s'habiller lui-même dès qu'il montre de l'intérêt dans ces différentes activités.

Si l'enfant souhaite laver la vaisselle, ranger des objets, nettoyer les cuivres, ou verser le lait, les parents devraient utiliser la même procédure méthodique qui est encouragée dans la classe afin que les bonnes habitudes deviennent une seconde nature pour l'enfant.

 

 

Les exercices sensoriels

Objectif

Un jeune enfant saisit le monde qui l'entoure au travers de l'utilisation constante de tous ses sens. Pour examiner un nouvel objet, un bébé le regardera, le prendra dans ses mains pour sentir la texture et le poids, le secouera, le léchera, et essayera même de le mordre. Puisqu'il utilise tout à fait naturellement la totalité de ses pouvoirs d'observation durant ses premières années, le Dr. Montessori sentait que c'était le moment idéal pour donner à l'enfant le matériel qui aiguiserait ses sens et le rendrait capable de comprendre les nombreuses impressions qu'il en tire.

Le matériel sensoriel dans une classe Montessori aide l'enfant à devenir conscient des détails en lui offrant, en premier lieu, des sensations fortement contrastées, telles que le rouge et le bleu et des sensations graduées telles que de nombreuses nuances différentes de bleu. Le matériel lui, permet de savoir ce qu'est le rouge, le bleu, de comprendre l'abstraction de la bleuté et finalement l'abstraction de la couleur elle- même.

Chaque matériel sensoriel isole une qualité définie telle que la couleur, le poids, la forme, la texture, la taille, le son, l'odeur, etc... Le matériel souligne une de ces qualités particulières en éliminant ou minimisant les autres différences. Ainsi, les boîtes à son ont toutes la même taille, la même forme, la même couleur et la même texture; elles différent uniquement par les sons que l'enfant entend lorsqu'il les secoue.

On peut illustrer l'importance de l'éducation des sens par un exemple du monde adulte. Il est possible que les adultes, aussi bien que les enfants reçoivent une grande quantité d'impressions sensorielles mais n'en soient pas plus riches pour autant. Deux hommes peuvent assister à un concert ensemble. L'un a beaucoup de plaisir et l'autre, qui entend précisément la même chose, éprouve ennui et lassitude. Les impressions sensitives ne sont pas suffisantes par elles-mêmes.

L'esprit a besoin d'éducation et d'entraînement pour être capable de distinguer et apprécier.

Un jeune enfant peut rester insensible à une myriade d'impressions sensorielles dans son environnement quotidien. Il n'a pas besoin de toujours plus d'impressions mais la capacité de comprendre ce qu'il perçoit.

Le matériel sensoriel Montessori aide l'enfant à distinguer, à classer et à associer une nouvelle information à ce qu'il connaît déjà. Le Dr. Montessori pensait que ce processus était le départ d'une connaissance consciente. Elle provient de l'intelligence qui fonctionne de manière concentrée sur les impressions procurées par les sens.

La tour rose

On apprend aux enfants le concept des trois dimensions en utilisant la tour rose. C'est un ensemble de dix cubes roses de taille graduée de un à dix centimètres de côté.

Quentin et la

Tous les éléments sont de mêmes couleur, forme et matière. Pour effectuer l'exercice, l'enfant doit reconnaître la graduation en taille et construire la tour en commençant avec le plus grand cube et en plaçant finalement le plus petit tout en haut. L'exercice est autocorrectif parce qu'un élément placé dans un ordre incorrect serait immédiatement visible et pourrait faire tomber la tour.

towerkid

L'escalier marron

L'escalier marron enseigne à l'enfant comment différencier la taille en deux dimensions. C'est un ensemble de dix prismes d'une longueur constante de dix centimètres mais dont la largeur et la hauteur varient toutes deux de un à dix centimètres. De nouveau, l'enfant doit placer les éléments selon une graduation correcte formant une structure ressemblant à un escalier. Avec cet exercice l'enseignant introduit les concepts d'épaisseur et de minceur, en utilisant les termes épais, plus épais, le plus épais et mince, plus mince, le plus mince avec les éléments correspondants comme exemples concrets.

l'escalier

Les barres rouges

Les barres rouges aident l'enfant à reconnaître les différences de taille en une dimension - la longueur. De nouveau l'enfant doit placer les barres dans un ordre correct de la plus petite qui mesure dix centimètres de long jusqu'à la plus grande qui mesure un mètre de long. Cet exercice est semblable au précédent dans le sens qu'une erreur dans l'ordre est très évidente à l'enfant et peut être corrigée facilement. Cela donne également à l'enseignant l'opportunité d'apprendre à l'enfant les termes court, plus court, le plus court et long, plus long, le plus long. Ce matériel donne à l'enfant des bases sensorielles pour apprendre à compter lorsqu'il commence à apprendre les mathématiques.

Les boîtes à odeurs

Le matériel olfactif est composé de deux ensembles de petits pots avec des bouchons amovibles. Ces pots sont identiques sur tous les points à l'exception de l'odeur qu'ils contiennent. L'un sent la cannelle, l'autre la menthe, un troisième le café, un quatrième le clou de girofles, etc... Chaque pot possède un parfum significatif.

L'ingrédient est recouvert d'une gaze ou d'un bouchon perforé afin que l'enfant puisse le sentir mais pas le voir ni le toucher. Chaque pot du premier ensemble a un camarade dans le deuxième ensemble. L'enfant combine les paires en sentant avec attention chaque pot. L'enseignant utilise cet exercice comme opportunité d'enrichir le vocabulaire de l'enfant en lui apprenant le nom des ingrédients qu'il sent.

Durant un exercice parallèle, les enfants sentent des gouttes de liquides tels que du parfum, de la vanille et du vinaigre. De nombreux enseignants suivent cet exercice en faisant sentir délicatement aux enfants les fleurs du jardin de l'école. Quelques enfants portent un bandeau, pour apprendre à identifier beaucoup de fleurs par leur parfum.

Les boites à odeurs

Les plaquettes de couleurs

La première introduction à la couleur est une boîte contenant six plaquettes : 2 rouges, 2 bleues, 2 jaunes. Toutes les plaquettes ont la même taille, forme et texture. Elles se distinguent seulement pour des couleurs très contrastées. Au cours de cet exercice, l'enfant forme des paires et apprend les noms correspondants. Ceci est un exercice simple utilisé auprès des plus jeunes enfants de la classe. L'exercice peut être rendu plus difficile en ajoutant graduellement d'autres paires de couleurs. Finalement, l'enfant devrait être capable d'associer et nommer onze paires distinctes.

Autre variante de matériel : les bobines de couleur

Graduer les couleurs

Pour l'étape suivante, l'enfant utilise une boîte contenant huit tons de huit couleurs différentes. Les tons sont gradués de très clair à très foncé. Pour faire cet exercice, l'enfant doit distinguer l'intensité des tons et placer les plaquettes dans l'ordre du plus clair au plus foncé dans chaque couleur. Quand l'exercice est terminé, l'arrangement produit un joli effet d'arc-en-ciel qui est attirant.

Cette activité peut être rendue plus stimulante par l'éducateur. Il peut choisir une plaquette et demander à l'enfant d'aller trouver dans la boîte celle qui est juste un peu plus foncée ou un peu plus claire que celle qu'il a dans la main. Ce n'est pas facile, mais beaucoup d'enfants le font précisément après avoir travaillé les couleurs pendant plusieurs mois. Apprendre aux enfants à être attentifs aux légères nuances des couleurs, c'est leur donner une lointaine préparation à toutes sortes d'observations scientifiques, pour l'art, l'appréciation de l'art, la décoration et beaucoup d'autres acuités significatives.

tablettes

Les pots thermiques

Le matériel pour reconnaître différentes températures est constitué de six pots en métal que l'enseignant doit préparer quand l'enfant est prêt à faire l'exercice. Il remplit deux pots avec de l'eau froide, deux avec de l'eau tiède, et deux autres avec de l'eau chaude. Comme les pots sont identiques, l'enfant forme les paires en sentant les températures et les ordonne ensuite du plus froid au plus chaud
.

Autre variante : les pierres chaudes

Comparer la chaleur des pierres

Les tablettes barriques

Voici un autre matériel sensoriel : une boîte contenant trois ensembles de petits blocs de bois, chaque ensemble variant légèrement en poids par rapport aux deux autres. Les blocs diffèrent également de par leur couleur, aussi l'enfant porte-t-il un bandeau durant l'exercice. Ceci élimine la différence visuelle et permet à l'enfant de classer les blocs en les pesant avec ses mains. Tout d'abord l'enfant en mélange deux et tente de les trier en deux piles correspondant aux termes léger et lourd. Ensuite il augmente la difficulté en classant les trois ensembles de tablettes : léger, moyen et lourd. L'enfant peut corriger l'exercice lui-même en ôtant le bandeau et notant si oui ou non les blocs dans chaque pile sont de la même couleur.

baric_tablets

L'art d'écouter

L'art d'écouter attentivement est une qualité à cultiver pour la vie entière. De nombreux jeunes dans le monde bruyant d'aujourd'hui ont pris l'habitude de "verrouiller" leur écoute. Ils ne font aucun effort pour distinguer les nombreux sons qui assaillent leurs oreilles et ainsi ils se bloquent eux-mêmes dans beaucoup d'activités d'apprentissage.

Ecouter attentivement est une préparation vitale pour la lecture. Le Dr. Montessori a conçu plusieurs jeux sensoriels pour aider l'enfant à se concentrer sur des sons particuliers. Dans un jeu l'enfant a un bandeau sur les yeux et on lui demande d'identifier des sons particuliers de la classe, tels que le bruit de l'ouverture de la fenêtre, la fermeture de la porte, la fermeture d'un livre, l'eau qui coule. Dans un autre jeu, il essaie d'identifier les voix de ses camarades sans regarder les élèves qui parlent.

Les boîtes à sons

Pour aider l'enfant à devenir plus conscient de l'intensité des sons, le Dr. Montessori a conçu un ensemble de six boîtes cylindriques en bois marrons avec un couvercle rouge.

Chaque boîte contient une petite quantité de substances différentes telles que du sel, du riz ou des haricots secs. Les sons produits lorsque l'enfant secoue les boîtes correspondent à un second ensemble de boîtes avec des couvercles bleus. Chaque boîte du premier ensemble possède un équivalent dans le deuxième ensemble qui produit un son identique. L'enfant peut trouver les paires en écoutant puis classer les boîtes qui varient d'intensité de doux à fort.

Les cloches

Le ton est une autre caractéristique du son qui intéresse l'enfant. Pour isoler cette qualité, le Dr. Montessori a conçu un ensemble de cloches noires et blanches correspondant aux touches noires et blanches du piano. Les cloches sont au détail près identiques à l'exception du ton, que l'enfant entend lorsqu'il la frappe doucement. Un ensemble identique de cloches marrons correspond exactement au ton de l'ensemble noir et blanc. L'exercice consiste à mettre par paires les cloches et ensuite à les classer dans l'ordre régulier de la gamme, puis dans la gamme de demi-tons.

L'enseignant commence par permettre à un enfant d'utiliser seulement deux paires de cloches avec une grande différence de ton. Lorsque l'enfant est capable de les associer avec succès, l'enseignant augmente progressivement le nombre de paires avec lesquelles l'enfant peut travailler. Etant donné que le contraste entre les paires diminue, l'exercice devient plus stimulant. Quelquefois les enfants construisent non seulement la gamme mais aussi bien des petites mélodies, en utilisant neuf ou dix des cloches. Ce type d'entraînement de l'oreille est une bonne préparation pour n'importe quelle autre activité musicale.

L'art du toucher

Un enfant aime toucher. Il perçoit la plupart du monde en le touchant avec ses mains et examine ainsi chaque chose de son environnement. Il peut utiliser le sens du toucher plus effectivement s'il porte un bandeau. Celui-ci élimine la reconnaissance visuelle d'un objet et stimule l'enfant à reconnaître quelque chose avec ses mains. Dans une classe Montessori l'enfant commence des activités tactiles avec le Sac d'Objets. C'est un simple sac contenant une collection d'objets familiers tels qu'une tasse, un couvercle, une épingle, de la ficelle et une balle. L'enfant prend chaque objet et le nomme sans le voir.

Assembler les paires de papier de verre graduées

On réalise une autre éducation du sens tactile lorsque l'enfant utilise les Tablettes Rudes et Lisses, qui lui laissent sentir la différence entre du papier de verre et du bois lisse.

Ensuite, il utilise un ensemble de tablettes de papier de verre qui lui propose huit morceaux de papier de verre qui doivent être mis par paires puis classés du plus rugueux au plus lisse. Cette activité est une préparation à l'utilisation des lettres en papier de verre, qui seront décrites plus loin.

Les tissus

Un exercice parallèle pour éduquer le sens tactile est une boîte contenant beaucoup de paires de tissus de différents matériaux tels que la laine, la flanelle, la soie, le coton, le velours, la toile, la dentelle, etc...

Dans cet exercice l'enfant mélange tous les tissus, met un bandeau et identifie les paires en les touchant. L'enfant peut corriger l'exercice lui-même en ôtant le bandeau et observer si les paires sont assemblées. Pendant qu'il effectue cet exercice, l'enfant apprend aussi les noms corrects des matériaux, ceci lui donne ainsi l'opportunité d'étendre son vocabulaire durant les années pendant lesquelles il est spécialement sensible au développement du langage.

Mettre en paire les tissus différents

 

 La préparation sensorielle à l'écriture

 De nombreux exercices sensoriels, de part leur nature véritable, sont une préparation éloignée pour les apprentissages académiques. Par exemple, l'enfant qui a appris à écouter attentivement sera capable de percevoir des différences subtiles entre le son des lettres. Les matériels géométriques sont d'égale importance pour le savoir faire du langage qui aide l'enfant à se concentrer sur des formes différentes.

Les solides géométriques

Puisque la forme est la caractéristique définissant chaque lettre de l'alphabet, le Dr. Montessori a conçu plusieurs exercices sensoriels pour que les enfants prennent conscience de cette qualité. Elle commença avec les solides géométriques. C'est un ensemble de matériels semblables de par la couleur et la matière et d'approximativement la même taille, mais de formes différentes. L'ensemble comprend le cube, la sphère, le cône, le cylindre, la pyramide, le prisme rectangulaire et le prisme triangulaire, l'ovoïde et l'ellipsoïde

.

 

Les enfants apprennent à reconnaître ces formes en manipulant les solides, en les observant, et en se prêtant à des jeux en groupe durant lesquels ils essaient d'identifier les formes les yeux bandés. Ils apprennent également à établir un rapport entre les solides et des objets communs de l'environnement; par exemple, la sphère ressemble à une balle; le cylindre ressemble à un verre, le cône ressemble à un cornet de glace.

Une partie importante de cette activité consiste à construire un vocabulaire.

Les enfants aiment un long mot tel "supercalifragilistique"; de la même façon, ils aiment la stimulation de longs termes tels que cylindre, pyramide, et prisme rectangulaire. C'est beaucoup plus facile pour les enfants d'apprendre ce que sont une pyramide ou une sphère lorsqu'ils peuvent les prendre dans leurs mains, que de l'apprendre plus tard avec des formes abstraites. Lorsqu'ils étudieront dans les années futures la géométrie, les enfants qui sont allés dans une classe Montessori posséderont le vocabulaire nécessaire basé sur ses représentations concrètes

Le meuble de géométrie

Le meuble de géométrie présente des formes géométriques de formes planes aux enfants. Ce meuble contient six tiroirs de formes planes en bois représentant différents types de triangles, des rectangles de tailles différentes, des polygones différents, des cercles de tailles différentes, des figures irrégulières à quatre côtés et des figures aux courbes variées. Chaque forme a un bouton de préhension par lequel l'enfant peut la bouger à l'extérieur et à l'intérieur de son cadre en bois. Au début, il réalise ceci comme un puzzle. Ensuite il assemble les formes en bois avec les formes similaires sur des cartes imprimées. Le premier ensemble de cartes possède chaque forme imprimée dans un bleu plein. Le deuxième ensemble possède la forme représentée avec un tracé fin de crayon bleu. Le troisième ensemble possède chaque forme dessinée avec une ligne fine de crayon bleue. L'enfant associe les formes en bois aux trois ensembles de cartes, il fait petit à petit la transition d'une forme solide à une forme tracée avec un crayon. C'est une préparation éloignée à la reconnaissance des formes différentes des lettres et des chiffres écrits.

Les triangles constructeurs

Les triangles constructeurs sont des triangles plats aux couleurs vives que l'enfant assemble comme un puzzle. Chaque triangle possède un ou plusieurs côtés bordés d'un trait noir. En assemblant les lignes noires, l'enfant est capable de construire la plupart des figures géométriques à côtés droits. Les figures achevées illustrent comment ces formes sont réellement composées de triangles.

Les blocs de cylindres

Une préparation indirecte à la technique motrice de l'écriture commence lorsque l'enfant utilise des blocs de cylindres. Il existe quatre blocs rectangulaires en bois naturel. Chaque bloc contient dix pièces de forme cylindrique qu'on peut prendre par le bouton au sommet. Les cylindres différent par leurs profondeur et diamètre gradués.

Au début l'enfant travaille avec un bloc cylindrique. Il enlève tous les cylindres, les mélange, et replace chacun d'eux dans son emplacement correspondant.

Cet exercice est auto-correctif puisque chaque cylindre correspond à un trou et un seul. Ensuite, il travaille avec deux blocs de cylindres, puis trois et enfin quatre cylindres en même temps. Finalement, un enfant peut réaliser la totalité de l'exercice alors qu'il porte un bandeau sur les yeux.

C'est essentiellement un exercice sensoriel sur la distinction de taille. Toutefois, c'est aussi une activité importante de la musculation parce que l'enfant attrape les petits boutons avec les trois mêmes doigts que ceux avec lesquels il tiendra plus tard un crayon. A chaque fois qu'il fait l'exercice, il gagne en contrôle des petits muscles des doigts qu'il utilisera enfin lors de l'écriture. Il existe d'autres matériels dans la classe, qui réclament la manipulation de ce type de boutons, ce sont les formes du Meuble de Géométrie et les pièces des Cartes Puzzles.

 

 Apprendre à écrire

 Pour être capable d'écrire, un enfant doit développer une double aptitude. Il doit apprendre par coeur la forme des lettres et leurs sons correspondants, et il doit développer l'aptitude musculaire nécessaire pour l'utilisation du crayon avec maîtrise.

Afin de clarifier cette distinction, examinons ce qui arrive lorsque l'une des phases de cette aptitude n'est pas parfaite. Un enfant peut vouloir écrire bon . Il contrôle bien sa main, mais ses connaissances intellectuelles des lettres sont floues. Il écrit don très habilement.

D'un autre côté, un enfant peut connaître toutes les lettres parfaitement, mais ses mains ne sont pas expérimentées. Il veut écrire bon mais il écrit en réalité sur le papier.
Pour un enfant, essayer d'acquérir les deux aspects de cette aptitude en même temps c'est souvent décourageant et frustrant. C'est extrêmement difficile pour lui d'essayer d'apprendre la trajectoire des lettres en même temps qu'il essaie d'apprendre comment bouger le crayon avec maîtrise.

Le matériel que le Dr. Montessori a conçu offre à l'enfant l'opportunité d'apprendre les formes et les sons des lettres d'une façon qui est complètement indépendante de la perfection de ses aptitudes motrices. C'est ainsi que l'enfant, dans une classe Montessori apprend à écrire non pas en écrivant, mais en réalisant un nombre d'activités structurées dans un but précis qui le préparent directement et indirectement à la facilité de l'écriture.

Apprendre les formes des lettres avec des lettres rugueuses

L'enfant rencontre les symboles alphabétiques en utilisant les Lettres Rugueuses. Chaque lettre de l'alphabet est dessinée en papier de verre sur une carte individuelle, les voyelles en bleu et les consonnes en rouge. L'enseignant montre à l'enfant comment tracer la lettre avec deux doigts en suivant la même direction que celle avec laquelle est tracé normalement le symbole.

Un exercice sensoriel avec les lettres rugueuses

En utilisant ce matériel l'enfant a trois impressions - il voit la forme, il sent la forme, et il entend le son de la lettre que l'enseignant répète en la lui présentant. Le fait que la lettre soit en papier de verre, plutôt que écrite à l'encre, invite l'enfant à tracer la forme. C'est une étape importante dans l'apprentissage de l'écriture. La répétition de l'exercice fixe la trajectoire de chaque lettre dans la mémoire musculaire de l'enfant.

lettres semoules

Apprendre le son des lettres avec les lettres rugueuses

Dans une classe Montessori l'enfant apprend les sons phonétiques des lettres avant d'apprendre les lettres alphabétiques dans l'ordre. Les sons phonétiques sont appris en premier parce que ce sont les sons que l'enfant entend dans les mots. Par exemple, un enfant peut entendre t au début du mot table. Il peut ne pas entendre le son alphabétique "te".

L'enfant devient tout d'abord conscient de ces sons phonétiques lorsque l'enseignant introduit les consonnes avec les lettres rugueuses.

Par exemple, lorsqu'il présente la lettre m, l'enseignant produit un son fredonné plutôt que de dire em. Il suggère des mots tels que Maman ou merci qui commence par le même son. Puis l'enfant répète le son et habituellement mentionne des mots supplémentaires dans lesquels ce son est utilisé, comme monsieur ou mon.

Durant la première introduction des voyelles, l'enseignant donne les sons des voyelles courtes telles que celles qui débutent des mots, abricot, élève, iguane, olive, et utile. Dès que l'enfant apprend quelques voyelles et consonnes, il est prêt à construire des mots de trois lettres qui possèdent un son de voyelle courte.

Perfectionner les aptitudes motrices avec les formes à dessin en métal

Dans une classe Montessori, l'enfant apprend à maîtriser son crayon en remplissant des lignes fermées - une activité qui ne lui pèse pas puisqu'elle l'enchante. Pour faire une ligne fermée, il utilise un matériel connu sous le nom de formes à dessin. Chaque forme à dessin représente une forme géométrique différente. Après avoir sélectionné une figure et l'avoir tracée sur le papier, l'enfant remplit la ligne fermée avec un crayon de couleur de son choix.

Au début ses traits sont irréguliers et dépassent souvent de la ligne. Par étape ils deviennent plus précis et uniformes. On peut voir le progrès dans la maîtrise musculaire en comparant les dessins des enfants semaine après semaine et année après année. Finalement, il réalise des dessins plus complexes en superposant deux ou trois autres formes sur la figure originale. Lorsqu'il colorie, cet effort ressemble à un vitrail.

Bien que le travail avec les formes à dessin fournit à l'enfant l'opportunité d'expérimenter la couleur et le dessin, on ne considère pas cela comme étant de l'art créatif. On n'utilise pas les pastels ou la peinture pour cette activité parce que l'objectif est toujours la maîtrise du crayon.

Ecrire

Au cours des années que passe un enfant dans une classe Montessori, un événement passionnant arrive. Après avoir travaillé quelque temps avec les formes à dessin et les Lettres Rugueuses, un jour il réalise qu'il est capable de faire des mots avec un crayon. Le Dr. Montessori a appelé ce phénomène "l'explosion dans l'écriture".

Lorsque l'écriture commence de cette façon spontanée, l'enfant s'épargne de nombreuses heures fastidieuses d'effort forcené. Ecrire est amusant. Parce qu'il a déjà appris la maîtrise, la répétition nécessaire au développement de la netteté et du style ne le fatigue pas.

 

De l'écriture à la lecture

Construire des mots

Le Dr. Montessori a toujours souligné que le jeune enfant possédait une sensibilité naturelle pour le développement du langage qui suit de près les années où il apprend à parler sa langue maternelle. L'enfant de trois, quatre ou cinq ans possède une fascination unique pour les mots, à la fois écrits et parlés. Cette fascination le rend souvent capable de commencer à lire et écrire avant l'âge auquel on le lui enseigne traditionnellement.

La présentation individuelle des matériels de langage dans une classe Montessori permet à l'enseignant de saisir l'avantage des périodes d'intérêt de chaque enfant. Lire une instruction peut commencer le jour où l'enfant veut savoir ce que signifie un mot ou lorsqu'il montre de l'intérêt à utiliser les Lettres Rugueuses. Ecrire - ou la construction de mots avec des lettres mobiles - précède presque toujours la lecture dans un environnement Montessori.

L'alphabet mobile

Après avoir appris les Lettres Rugueuses, l'enfant est prêt à faire des mots avec le grand Alphabet Mobile. Pour cette activité l'enseignant prépare un sac de jouets représentant des mots de trois lettres avec des voyelles courtes, tels que : un bac, un pic, un lac, un sac. Tout d'abord l'enfant sélectionne un objet, tel que le sac, et dit le nom très lentement afin d'entendre chaque son - s a c. Il sélectionne alors la lettre pour représenter le premier son et la place en dessous de l'objet sur le tapis. Puis il sélectionne la lettre pour le second son et enfin la troisième.

L'enfant se réfère souvent à cette construction de mot comme étant l'écriture. Le fait qu'il manipule du matériel à cette étape est important parce qu'il est encore très concentré sur ce qu'il fait avec ses mains.

L'enfant continue habituellement le processus de construction des mots durant une longue période. La classe offre une grande variété de jouets ou d'images pour lesquelles il peut construire les mots. La difficulté des noms progresse graduellement de mots de trois lettres tel bac, à des mots de quatre lettres comme bloc.

Assembler les mots et les images

La lecture naturelle est la suite des exercices de construction de mots. Après avoir effectué des listes de mots pendant plusieurs jours, ou même plusieurs semaines, un enfant réalise petit à petit qu'il peut revenir à la liste et prononcer les mots qu'il a construits. Cependant, le fait de prononcer des mots qu'il a lui-même construit n'est pas lire réellement. Lire suppose comprendre les mots que quelqu'un d'autre a construits. L'opportunité d'assimiler cette étape se réalise lorsqu'il assemble un ensemble d'objets avec un ensemble de cartes sur lesquelles le nom des objets est déjà écrit. Pour placer la carte correcte sous chaque objet il doit lire le mot de chaque carte. Ensuite il associe les images et les mots - en utilisant encore ses mains pendant ses perceptions visuelles.

Les ordres

On apprend les verbes aux enfants grâce à un ensemble de cartes rouges avec un seul mot d'action écrit sur chacune d'elles. Les enfants les aiment parce que parce que au moment où ils lisent l'ordre, ils doivent exécuter l'action appropriée. Les mots tels que ris, bois, cours, remue, apparaissent au début de l'ensemble. L'enfant suit ensuite des directives qui lui disent "mets la carte sur le bureau" ou " assieds-toi sur le tapis rouge". L'enseignant augmente la difficulté des ordres selon les progrès des enfants.

Phonogrammes

On utilise deux Alphabets Mobiles de différente couleur pour construire des mots contenant des phonogrammes. Un phonogramme est une combinaison spéciale de deux ou plusieurs lettres qui produisent un son unique différent de la séquence régulière des sons de ces lettres. Des exemples de phonogrammes sont le oi de roi, le ch de chien, et le tion d'action. On construit le phonogramme particulier que l'enfant apprend avec une couleur différente de celle du reste du mot. Par exemple, lorsqu'on apprend le ch, l'enfant peut construire des mots tels que chien, chat et achat. A chaque fois il met les ch dans une couleur, telle que le jaune et le reste du mot avec une autre couleur telle que le vert. L'enseignant utilise alors deux couleurs pour imprimer des brochures de petits phonogrammes que les enfants peuvent lire. Chaque livret illustre un phonogramme particulier et il y a un mot différent à chaque page. Par exemple, le livret illustrant le phonogramme ou aura mou sur la première page, roue sur la deuxième, tout sur la troisième et ainsi de suite. Le phonogramme ou est mis en valeur sur chaque page avec une couleur différente de celle du reste du mot.

Le développement de la lecture

Petit à petit l'enfant apprend des mots irréguliers, puis des mots de deux et trois syllabes, en réalisant de nombreux exercices variés de lecture plutôt qu'une répétition monotone. Dans une classe Montessori, on trouve également des livres attrayants qui possèdent un grand nombre de mots phonétiques. En progressant à son propre rythme, chaque enfant est encouragé à lire sur des sujets qui l'intéressent. Son aptitude pour les sons lui procure les moyens de s'attaquer à presque tout nouveau mot, afin qu'il ne soit pas limité à un certain nombre de mots qu'il a été habitué à reconnaître visuellement.

Quelques enfants lisent à quatre ans, d'autre à cinq et d'autre encore à six ans. L'âge véritable n'est pas aussi important que le moment exact de disponibilité. Si un enfant commence trop tôt, il sera découragé. Si on le force à dépasser le moment de sa période d'intérêt initiale, il manquera alors l'opportunité en or qu'est l'impulsion de son propre enthousiasme naturel.

La liberté dans une classe Montessori permet à l'intérêt personnel de chaque enfant de déterminer sa progression.

L'intérêt de l'enfant pour lire n'est jamais étouffé par la monotonie. Au contraire, on le cultive comme la clé la plus importante de sa lecture future. On ne lui demande pas "Pourquoi Jane courait-elle ?" Ce qui peut ou ne pas l'intéresser sur le moment. On l'encourage à explorer des livres pour répondre à ses propres questions, qu'elles concernent les grenouilles, les fusées, les étoiles ou les voitures de pompiers.

 

Introduction aux Mathématiques

Un enfant peut apprendre les concepts de base des mathématiques de deux façons. Il peut apprendre en utilisant du matériel concret pendant les années où il prend plaisir à manipuler le matériel. Ou il peut apprendre avec des méthodes abstraites lorsqu'il est à l'école élémentaire. Le Dr. Montessori a montré que si un enfant a accès au matériel mathématique durant ses premières années, il peut facilement et gaiement assimiler de nombreux faits et aptitudes de l'arithmétique. D'autre part, ces mêmes faits et aptitudes peuvent nécessiter de longues heures de labeur et d'exercices si on les lui apprend plus tard de façon abstraite.

Le Dr. Montessori a conçu un matériel concret pour représenter toutes sortes de quantités, ensuite elle a observé que l'enfant qui commence à être intéressé par compter aime toucher ou manipuler les éléments qu'il énumère. Dans un environnement Montessori, un enfant voit non seulement le symbole du 1, du 1000 ou du 1/2, mais il peut aussi prendre chaque quantité correspondante dans ses mains.

Enfin, en combinant ce matériel, en le séparant, en le partageant, en le comptant, et en le comparant, il peut se faire la démonstration des opérations arithmétiques de base. Cette activité lui procure la satisfaction d'apprendre en découvrant plutôt qu'en subissant la démonstration. Finalement, il développe un enthousiasme précoce pour le monde des chiffres.

Les barres rouges et bleues

Dans une classe Montessori on apprend les nombres à l'enfant grâce à un ensemble de barres rouges et bleues qui représentent les quantités de un à dix. L'enseignant aide l'enfant à compter les parties alternativement rouges et bleues de chaque barre alors qu'il les arrange en forme d'escalier. L'enfant appelle la plus petite Barre Un, la suivante Deux, et ainsi de suite. La Barre Numéro Deux est un élément, elle est aussi égale à deux Barres Numéro Un.

Un labyrinthe avec les barres rouges et bleues

A peu près à la même période, l'enfant apprend les figures correspondantes en traçant les chiffres rugueux. L'enseignant l'aide à placer chacun des chiffres en-dessous de la barre illustrant cette quantité.

En travaillant avec ce matériel, l'enfant gagne l'opportunité de découvrir de nombreux faits mathématiques. Par exemple, s'il place la Barre Numéro Un sur la même ligne que la Barre Numéro Deux, il aura exactement la même longueur que la Barre Numéro Trois. L'enfant est également capable de voir des divisions de base; par exemple, la Barre Numéro Deux s'ajustera sur la Barre Numéro Six exactement trois fois.

Il peut aussi utiliser les barres pour les nombreuses combinaisons qui aboutissent à la Barre Numéro Dix. Il peut placer la Barre Numéro Un à côté de la Barre Numéro Neuf, la Barre Numéro Deux à côté de la Barre Numéro Huit, la Barre Numéro Trois à côté de la Barre Numéro Sept, la Barre Numéro Quatre à côté de la Barre Numéro Six, et deux fois la Barre Numéro Cinq.

Les fuseaux

Les fuseaux représentent un exercice parallèle dans l'association des chiffres à leur quantité. Cette fois les chiffres sont dans un ordre fixé et les quantités sont mobiles. Les boîtes à fuseaux possèdent dix compartiments marqués de Zéro à neuf. Dans une boîte annexe il y a 45 fuseaux.

Cette boîte du fuseau à été crée par Agnès une maman montessorienne bricoleuse !

L'enfant met un fuseau dans le compartiment 1, deux fuseaux dans le compartiment 2, etc... Le premier compartiment est marqué du Zéro et ceci correspond à la première introduction à l'enfant de ce symbole. Il veut généralement mettre un fuseau dans ce compartiment mais apprend que le Zéro signifie aucun ou rien.

Il faut mettre un élastique autour du groupe de fuseaux consititué

Les chiffres et les jetons

Dans cet exercice les symboles et les quantités sont mobiles en même temps et l'enfant doit les placer dans l'ordre. Il met en premier les chiffres dans l'ordre ascendant. Lorsqu'il place le nombre correspondant de disques sous chaque figure, l'enfant les met par rangée de deux. Chaque nombre impair possède un seul disque dans la rangée du bas. Cet arrangement illustre automatiquement les nombres pairs et impairs.

Les chiffres et les jetons, puis les nombres pairs et impairs

La boîte de Seguin

Pour apprendre les nombres "entre 11 et 19", l'enfant utilise un matériel appelé la boîte de Seguin. Le numéral 10 est écrit sur les plaques neuf fois dans la rangée. Les chiffres 1 à 9 sont écrits sur des cartes séparées. L'enfant construit le nombre onze en glissant la figure 1 au-dessus du zéro du premier 10. Ceci lui montre concrètement que le nombre onze est fait de 10 plus 1. Puis il construit douze en glissant la figure 2 au-dessus du zéro du second 10. L'enseignant l'aide pour les mots onze, douze, treize et ainsi de suite. Il existe une autre boîte de Seguin pour apprendre les nombres de 21 à 99.

Pour construire les quantités correspondantes dans cet exercice, l'enfant utilise des perles colorées. L'enfant commence donc à travailler avec les boîtes de Seguin après avoir travaillé avec le Matériel de Perles Dorées que nous décrivons à la section " perles dorées et les fractions ".

 

Les perles dorées et les fractions

Le Dr. Montessori a conçu le fameux matériel des "Perles Dorées" pour illustrer le système décimal. La petite perle à droite représente une unité. La barre faite de 10 unités dans la rangée représente une dizaine. Dix dizaines regroupées entre elles forment un carré pour représenter une centaine, et une pile de 10 carrés de centaines forment un cube et représentent un millier.

perles

 

girlbean

Les enfants connaissent déjà les termes carré et cube à partir de leur travail avec le matériel géométrique.

L'enseignant explique aux enfants que compter de grandes quantités d'unités est maladroit et prend du temps. C'est ainsi que quand ils possèdent 10 unités ils les échangent contre une dizaine. Lorsqu'ils ont 10 dizaines ils les remplacent par une centaine et s'ils ont 10 centaines ils les échangent contre un millier. Les cartes des chiffres correspondant sont écrites de différentes couleurs pour indiquer les colonnes du système décimal. On écrit les unités en vert, les dizaines en bleu, les centaines en rouge et les milliers en vert de nouveau (parce que les milliers sont en réalité les unités de milliers, suivis par des dizaines de milliers, etc...)

On apprend le système décimal aux enfants avec trois exercices de base. D'abord, ils construisent des quantités avec les perles. L'enseignant commence par des nombres simples. Il dit, "Apporte-moi 3 unités". Bientôt il peut combiner les nombres dans différentes colonnes : "Apporte-moi 5 dizaines et 7 unités". Les enfants sont heureux d'accumuler éventuellement de grandes quantités sur un plateau, telles que 8 milliers, 4 Centaines, 3 dizaines et 7 unités.

Dans le deuxième exercice, les enfants trouvent des cartes pour représenter les nombres que l'enseignant leur donne oralement, tels que 8 dizaines et 3 unités. Enfin ils apprennent à combiner les chiffres sur les cartes avec la quantité de perles correspondante. Avec la boîte de Seguin (décrite ci-dessus) les enfants apprennent à traduire les nombres, tels que 7 dizaines et 1 unité en 71.

On peut combiner les cartes avec des chiffres d'une façon intéressante. Lorsque la figure 1 est placée au-dessus du 10, on lira 11. Lorsque le 11 est placé au-dessus de 100, on lira 111, et 111 placé au-dessus de 1000 on lira 1111.

numbers

La chaîne de mille

La chaîne de mille montre à quoi ressemblerait le cube du millier si ses perles étaient posées sur une seule ligne. La chaîne qui est en fait composée de 100 barres de dix, est utilisée comme exercice de comptage par dizaines jusqu'à 1000. Les nombres 10,20,30 etc...jusqu'à 1000 sont écrits sur des cartes que l'enfant place par ordre au-dessous de la chaîne. Parce que la chaîne mesure 8,20 mètres de long, l'enfant est impressionné par la grande taille du 1000.

Les perles colorées

 

Il faut compter les perles sans se tromper !

Le jeu de la banque

Tout exercice impliquant l'échange de perles dorées (ou copies de celles-ci) est appelé un Jeu de Banque. La grande quantité de matériel que l'enfant utilise comme source de son jeu, est nommée la Banque. Les enfants utilisent La Banque chaque fois qu'ils veulent changer des unités contre des dizaines, des dizaines contre des centaines, des centaines contre des milliers ou vice versa. Additionner, soustraire, multiplier et diviser des nombres à quatre chiffres peut être effectuer avec les perles dorées.

Si deux enfants désirent additionner, chacun d'eux prend une quantité de perles sur un plateau et sélectionne les cartes correspondant à la représentation de la quantité. Ils combinent ensuite les deux quantités sur un grand plateau et sélectionne de grandes cartes pour représenter le total.

Pour la soustraction, l'enseignant place une importante quantité de perles avec les grandes cartes correspondantes sur un large plateau. Elle donne alors un plateau plus petit à l'enfant avec un nombre inscrit sur une petite carte. L'enfant "enlève" cette quantité de perles du large plateau et la met avec les petites cartes. Alors, l'enfant trouve les cartes équivalant à la quantité du grand plateau, ce qui représente la réponse. Avec ce jeu les enfants ont la réelle impression que la soustraction est la mise en morceaux d'un grand nombre en d'autres plus petits.

Lorsqu'il apprend la division, on dit à l'enfant que la division signifie le partage et que la réponse est toujours ce qu'une personne reçoit. S'il doit diviser 1294 par 3, il demande à trois de ses camarades d'apporter des plateaux vides pendant qu'il prend le matériel pour représenter le nombre 1294. Il veut partager cette somme de façon équitable entre les trois, en commençant par le cube du millier. Puisqu'il ne peut évidemment pas diviser le cube, il l'échange à la Banque contre 10 centaines. Il possède maintenant 12 centaines - les 10 nouvelles plus les 2 du départ - et il commence à les partager entre les trois enfants. Chaque enfant reçoit 4 centaines. Ensuite il divise les 9 dizaines; chaque enfant en reçoit 3. Puis il divise les 4 unités; chaque enfant en reçoit 1. Il reste une unité qu'il ne peut diviser. La réponse est ce qu'une personne reçoit, 431, avec un reste de 1.

Le matériel des fractions

Un enfant demande souvent si un reste de un peut être divisé. C'est la période idéale pour lui montrer le matériel des fractions qui illustre comment une unité peut être fractionnée. Il y a dix grands disques rouges. Le premier est entier. Le deuxième est divisé en deux moitiés, le troisième en trois tiers, et ainsi de suite, jusqu'à ce que le dernier soit divisé en dix dixièmes. Chaque morceau fractionné possède un petit bouton pour être facilement manipulé.

Ce matériel peut montrer à un enfant concrètement que le quart est plus petit que le demi; ou que 5/5 est la même chose que 10/10. S'il prend le disque divisé en deux moitiés et en enlève une, il peut mettre deux quarts exactement à la même place. Il peut donc voir que 2/4 = 1/2. De nombreuses autres fractions peuvent être également démontrées. Chaque fois qu'il est intéressé, l'enfant apprend comment écrire le noms des fractions et comment faire des combinaisons simples.

fractions

 

Les opérations mathématiques

Un enfant d'une classe Montessori ne s'assoie jamais pour mémoriser les mécanismes de l'addition et de la soustraction; il ne mémorise jamais tout simplement les tables de multiplication. Il apprend plutôt ces mécanismes en réalisant réellement les opérations avec du matériel concret. Lorsque l'enfant veut faire de l'arithmétique, on lui donne une feuille de papier avec des problèmes simples. Il travaille sur les problèmes avec du matériel approprié et note son résultat. On peut effectuer les mêmes opérations avec une diversité de matériels. Cette variété maintient l'intérêt de l'enfant tout en lui procurant de nombreuses opportunités pour la répétition qui est nécessaire. Alors qu'il apprend par coeur les additions et les tables de multiplication, il comprend réellement ce que signifie chaque opération. Dans une classe Montessori il y beaucoup de matériels qui peuvent être utilisés pour additionner, soustraire, multiplier et diviser.

L'escalier de perles

L'escalier de perles représente les quantités de un à dix dans des couleurs facilement reconnaissables. Une perle rouge représente le 1. Une barre de deux perles vertes représente le 2. Une barre de trois perles roses représente le 3, et ainsi de suite, une barre de dix perles dorées représente le 10. Si un enfant désire faire la somme, 3+5, il place la barre de trois perles roses à côté de la barre de cinq perles bleues, compte le nombre total de perles et note son résultat : 3+5=8.

Le matériel d'élévation au carré et au cube

On utilise ce même schéma de couleur pour les perles qui composent les carrés et les cubes des nombres 1 à 10. Par exemple 62 est représenté par 36 perles violettes assemblées dans un carré. 63 est représenté par 216 perles violettes assemblées dans un cube. Le carré de six est également représenté par une chaîne de six barres de 6 perles violettes, le cube par une chaîne de trente six barres de six. On utilise les chaînes pour compter par saut (dans ce cas on compte six par six) et pour apprendre les carrés et les cubes des nombres de 1 à 10.

La multiplication

On utilise les barres de perles colorées également pour la multiplication. Si un enfant a l'exemple 6x4, il prend six barres jaunes de quatre perles chacune et les place sur un petit tapis. Puis il compte le nombre total de perles et reporte son résultat : 6x4 = 24. Travailler avec ce matériel lui procure une réelle compréhension de ce que le terme multiplier veut dire; dans ce cas il prend réellement six fois la quantité 4.

La soustraction

L'enfant peut utiliser les perles d'Unité pour des soustractions simples. Pour résoudre l'opération 9-3, il met 9 Unités sur un petit tapis de feutre et en enlève 3. Il compte les Unités restantes et note son résultat : 9-3=6. Très souvent un enfant apprendra la soustraction simplement en renversant les combinaisons de l'addition : 4+4=8, donc 8-4=4.

Les planches à divisions

On utilise une planche carrée avec des pions verts et des perles pour une division simple. Les pions représentent le diviseur ou le nombre de personnes qui partagent la quantité. Pour résoudre l'exemple 20/4, l'enfant met quatre pions au sommet de la planche. Puis il prend avec soin vingt perles et les partage une par une. Chaque pion obtient cinq perles. Il note 20/4 = 5, parce qu'en division la réponse est toujours ce qu'une personne obtient.

multidivi_board

Les matériels pour plus d'entraînement

Des activités parallèles pour additionner et/ou soustraire sont toujours possibles pour l'enfant passionné par l'utilisation de matériels différents. Ceci comprend l le tableau de l'addition, le jeu du serpen et les timbres. Différents tableaux sont aussi disponibles pour la multiplication et la division chaque fois que l'enfant est prêt et intéressé.

bdframe

L'enfant peut faire des additions simples avec ce matériel qui se compose de règles rouges et bleues de longueur graduée qui représentent les quantités 1 à 9.

strip_boards

 

Géographie, Grammaire, Botanique, Histoire

 Une classe Montessori offre aux jeunes enfants de nombreuses opportunités d'étendre leur savoir pendant les années durant lesquelles ils sont motivés par un intérêt spontané. Les grandes cartes puzzles en bois sont parmi les activités les plus populaires de la classe. L'enfant peut mettre chaque morceau de puzzle à sa place grâce à un petit bouton sur sa surface brillante et plate. La carte d'introduction au monde possède une pièce pour chaque continent. Après avoir travaillé avec la carte du monde, l'enfant peut faire l'un des six puzzles des continents dans lesquels chaque pays est représenté par un pièce. Enfin, il existe une carte des Etats-Unis avec une pièce par Etat.

childrmap

 Au début les enfants utilisent les cartes comme de simples puzzles. Petit à petit ils apprennent les noms de nombreux pays aussi bien que des informations concernant le climat et la production. Les cartes illustrent de nombreuses données géographiques concrètement. Les enfants peuvent voir la grande superficie de la Russie et la position de l'Angleterre, les îles du Japon et de l'Islande.

maps

 

europe

 

flags

Travailler avec de la terre et de l'eau

Les enfants fabriquent les formations géographiques communes - île, péninsule et isthme - avec de l'argile qu'ils mettent dans des cuvettes peintes en bleu. Puis ils versent de l'eau autour de l'île, le long de trois côtés de la péninsule, et de chaque côté de l'isthme. Dans trois autres cuvettes ils fabriquent la terre qui entoure le lac, qui longe le golf et le détroit. Puis ils versent de l'eau dans les cuvettes pour former réellement ces masses d'eau. Ils mettent souvent des arbres miniatures ou des maisons sur la terre et des petits bateaux sur la mer. En prolongement, ils localisent des masses de terre et d'eau identiques sur une grande carte.

Le matériel de grammaire

On introduit la grammaire dans une classe Montessori par des petits jeux qui montrent aux enfants que les noms communs sont des noms d'objets, que les adjectifs décrivent des noms, et que les verbes sont des mots d'action.

On introduit les couleurs lors de la deuxième étape pour distinguer les différentes parties du discours. Les noms communs sont écrits sur des cartes noires, parce que les noms communs sans verbe sont ternes et sans vie. On utilise des cartes bleues pour les adjectifs et les articles qui décrivent les noms. Les verbes - mots d'action - sont écrits sur du rouge. Les adverbes, qui modifient les verbes, sont écrits sur des cartes oranges. L'enseignant peut utiliser ces cartes pour effectuer de nombreux exercices de grammaire. Par exemple, un enfant peut combiner des adjectifs avec des noms, tels que pelouse verte, petit garçon, eau chaude. Ou il peut combiner des verbes avec des adverbes appropriés, tels que marcher rapidement, chanter doucement. Ou il peut associer des noms singuliers et pluriels, tels que cheval - chevaux, enfant - enfants. Une autre activité consiste à associer les noms masculins et féminins, tels que roi - reine, homme - femme, garçon - fille, acteur - actrice.

Travailler avec du matériel de grammaire implique autant l'utilisation des mains que l'interprétation d'actions.

La botanique

leaf_cabinet

De nombreuses classes Montessori ont de beaux ensembles de cartes de la nature qui illustrent en couleur les informations telles que les parties d'un arbre, d'une feuille ou d'une fleur. Les enfants assemblent ces illustrations avec les noms correspondants. Travailler avec ces cartes aide les enfants à devenir plus observateurs des détails des choses qui poussent dans leur propre entourage. Ils ont souvent des plantes, des fleurs, ou des légumes qui poussent dans la classe; ou ils apportent des échantillons qu'ils peuvent associer avec les illustrations.

puzzles

 

un insecte passant dans la classe, l'enfant prit la loupe pour l'observer

La Ligne du Temps

Le Dr. Montessori offre aux enfants une représentation concrète de l'Histoire en les laissant travailler avec une Ligne du Temps. Une ligne du temps est une longue bande de papier que l'on peut dérouler et étendre sur le sol de la classe. La Ligne est marquée de segments qui représentent les périodes successives de l'Histoire. Pour réaliser cet exercice, les enfants choisissent des images ou des cartes qui représentent les événements historiques et les placent dans l'ordre sur la Ligne du Temps. Comme introduction à l'histoire, les jeunes enfants commencent par réaliser une petite Ligne du Temps de leur vie en commençant par des photos d'eux bébé. On peut faire des Lignes du Temps pour certaines époques de l'histoire telles que le développement des transports ou l'histoire des armes. La plus grande de toutes les Lignes du Temps est celle de l'histoire du début du monde qui commence avec la période Précambrienne.

Dans une classe Montessori, la plupart des matériels de grammaire, histoire et sciences sont fabriqués par l'enseignant ou des personnes qui travaillent sous sa responsabilité. Ces matériels varient de classe en classe, reflétant souvent l'intérêt de l'enseignant et le niveau de travail pour lequel un enfant est prêt. Cependant, ils prouvent en général  la théorie du Dr. Montessori selon laquelle les jeunes enfants peuvent lire toutes sortes d'informations factuelles si on leur propose du matériel attractif de leur niveau. Ils sont stimulés par leur curiosité naturelle, le matériel est amusant à manipuler, et apprendre par la découverte plutôt que par le parler donne aux enfants une satisfaction particulière.

Pourquoi apprendre si tôt ?

Il se peut que les parents se demandent pourquoi le Dr. Montessori enseigne la grammaire, la géographie et les maths à des enfants âgés de 3 à 6 ans. La raison est qu'à cet âge les jeunes peuvent absorber joyeusement ces nombreux concepts difficiles s'ils les rencontrent sous une forme concrète. Les pierres d'achoppement courantes du milieu du cycle élémentaire peuvent être passionnantes si on les présente aux enfants à un très jeune âge lorsqu'ils aiment manipuler le matériel.Dans une classe Montessori une unité ou une fraction n'est pas un simple numéro sur un papier; c'est quelque chose qu'un enfant peut tenir dans sa main. Un verbe n'est pas seulement un mot sur un papier, c'est quelque chose qu'il peut exécuter. De la même façon, il peut verser de l'eau autour d'une île ou former un carré avec cinq colonnes de cinq perles chacune. Les matériels qui rendent ces concepts concrets serviront de points de référence dans sa mémoire durant de nombreuses années, pour clarifier les termes abstraits lorsqu'il les rencontrera de nouveau dans des situations futures d'apprentissages.

 

Les Activités de groupe et l'Art Créatif

Marcher sur la ligne

Marcher lentement le long d'une ligne circulaire peinte sur le sol est une des activités de groupe dans une classe Montessori. Cet exercice aide les enfants à développer l'équilibre et le contrôle alors qu'ils mettent prudemment les pieds l'un devant l'autre, talons contre orteils. Il existe de nombreuses façons d'augmenter la difficulté de l'activité et de stimuler les enfants à perfectionner le contrôle de leurs mouvements tout en marchant : les enfants portent des drapeaux; ils portent des paniers sur leurs têtes; ils portent des parties de la tour rose sans les laisser tomber; ils portent des verres d'eau sans les renverser; ils portent des petites cloches sans les faire tinter pendant qu'ils marchent. Cette activité aide les enfants à développer la coordination et la grâce
.

Le jeu du silence

Le jeu du silence est une autre activité de groupe dans une classe Montessori. Le Dr. Montessori a conçu cet exercice pour aider les jeunes enfants à développer leur "auto-contrôle". L'enseignant commence le jeu en prenant une carte sur laquelle est écrit le mot "Silence". Lorsqu'ils jouent, les enfants essaient d'être aussi silencieux que possible. Non seulement ils essaient de ne pas parler, mais ils ferment également leurs yeux et essaient de rester immobiles afin qu'il n'y ait aucun bruit dans la classe. Après que les enfants soient restés calmes quelques minutes, l'enseignant chuchote souvent les prénoms des élèves un par un. Quand chaque enfant entend son prénom, il marche sur la pointe des pieds très doucement en direction de l'enseignant. Cet exercice aide l'enfant à écouter attentivement et à bouger sans bruit dans la classe. La solitude pendant le Jeu du Silence rend les enfants conscients des bruits qu'ils n'entendent pas d'ordinaire dans leur environnement. Le temps de quelques minutes ils deviennent tout à fait conscients de la qualité du silence.

Qu'existe-t'il d'autre dans une classe Montessori ?

Les matériels décrits dans ce fascicule sont les matériels de base utilisés dans les classes Montessori pour des enfants âgés de 3 à 6 ans. D'autres exercices parallèles qui renforcent ces activités d'apprentissage ne sont pas décrits ici faute de place. L'utilisation de ces matériels dépend naturellement du fait de leur disponibilité ou non dans chaque classe.

Une ronde en cours de formation...

Bien que le matériel soit similaire, il n'existe pas deux classes Montessori identiques. Chacune d'elles reflète le caractère individuel de l'enseignant et des enfants. Certains enseignants n'utilisent que le matériel conçu par le Dr. Montessori. D'autres conçoivent eux-mêmes de nouveaux matériels ou adaptent un autre matériel éducatif à la classe. Si ce nouveau matériel met en oeuvre les principes du Dr. Montessori, il peut enrichir l'environnement de la classe.

Le travail individuel avec le matériel Montessori est presque toujours complété par d'autres activités. Chansons en groupe, musique, art créatif, art plastique, deuxième langue, poésie et jeux peuvent être intégrés au programme Montessori selon les intérêts et talents de l'enseignant.

 

L'après Montessori ?

De nombreuses écoles Montessori ont désormais un cycle élémentaire durant lequel les enfants de 6 à 9 ans et de 9 à 12 ans peuvent continuer à apprendre avec le matériel Montessori avancé. Cependant, on ne trouve pas toujours ces classes. Beaucoup de parents doivent éventuellement inscrire leurs enfants dans une école traditionnelle.

Pour faciliter la transition on doit entretenir de bons rapports entre l'école Montessori et les écoles traditionnelles. Les parents et les enseignants "Montessori" pourraient visiter les écoles traditionnelles et préparer l'enfant aux différences. Les enseignants d'écoles traditionnelles devraient être encouragés à visiter les classes Montessori afin d'observer le niveau de travail.

Tout bon enseignant acceptera l'enfant à son niveau et sera indulgent envers ce qu'il a déjà accompli. Beaucoup d'enseignants proposent volontiers un travail d'enrichissement. Les parents s'assurent toujours que le nouvel enseignant comprenne leur intérêt d'aider l'enfant à continuer son auto-éducation.

La maison est peut-être même plus importante pour poursuivre ce type d'éducation entrepris dans une classe Montessori. On peut ici établir un ordre spécifique. L'enfant peut continuer ses bonnes habitudes de travail et l'on peut lui fournir un enrichissement pour son propre niveau d'intérêt. Tout comme l'enseignant Montessori, les parents "Montessori" doivent respecter les intérêts et les aptitudes individuelles de l'enfant et lui fournir les meilleures conditions pour son développement.

En progressant à côté de son père et de sa mère, un enfant peut acquérir de nombreuses aptitudes utiles et acquérir les passions de toute sa vie. Pour faciliter ce genre d'acquisition, les parents doivent prendre le temps d'expliquer les choses à l'enfant avec des mots simples et le laisser faire son expérience avec les matériels essentiels.

Les habitudes et les aptitudes que développe un enfant dans une classe Montessori sont bénéfiques toute au long de sa vie. Elles l'aideront à travailler avec plus de compétence, à observer avec plus d'attention, à se concentrer plus efficacement, où qu'il aille. S'il se trouve dans un environnement stimulant, que se soit à la maison ou à l'école, son auto-éducation - la seule véritable éducation - continuera.

money_image